26/09/2009

Hôtel de Ville de Saint-Quentin

..
A l'occasion des 500 ans de l'Hôtel de Ville (inauguré en 1509), les élèves de l'Ecole d'Arts Plastiques de Saint-Quentin on travaillé sur ce thème. Une exposition collective a eu lieu le week-end de la Journée du Patrimoine.
Voici ma contribution, qui rend hommage à ce bel édifice de Picardie, de style gothique flamboyant...

Cliquez sur les images pour les agrandir
.
Thierry Doukhan - Hôtel de Ville de Saint-Quentin 1509-2009
Huile sur toile - 100 x 80 cm .

J'assume la naïveté de ce tableau, avec des allusions à Chagall (les amoureux qui volent au-dessus de la ville), à la famille Bruegel (personnages pittoresques, l'horizon bleuté), aux estampes d'Hokusai (aplats des arbres sur le fond dégradé).

Pour ceux qui ne connaissent pas l'Hotel de Ville, voici quelques photos qui m'ont servi de modèle...
..
..
..
Les personnages sont extraits des chapiteaux, sous les arcades. Ca pourrait être un couple d'amoureux, qui volent vers l'Hotel de Ville pour se marier. Derrière eux, la procession des invités, qui se fondent dans le ciel (allusions aux paysages anthropomorphiques, à la mode au 16e siècle).

La composition du tableau a été longuement étudiée. En voici les lignes directrices :
.



Le format correspond à un double "rectangle-d'or" (longueur = 1,618 x largeur). Le tableau est donc construit comme un dyptique.




Les rectangles d'or ont la propriété de se partitionner en d'autres rectangles d'or (plus petits), associés à des carrés.

....

Ce partitionnement m'a permis de délimiter les trois zones horizontales : le ciel, le paysage du fond, la ville.
A partir de cet enchevètrement de carrés et de rectangles d'or, j'ai tracé certaines diagonales qui orientent le mouvement : la procession de personnages vers la façade de l'Hôtel de ville, et la façade de l'Hôtel de Ville vers les maisons de la ville.
.

Je me suis aussi amusé à faire des perspectives fantaisistes...
L'Hôtel de Ville a un point de fuite très bas, puisqu'il il est représenté selon l'angle de vue des habitants de la ville.
Mais le paysage de fond et les maisons sont représentés selon l'angle de vue des amoureux, avec un point de fuite assez haut, sur la ligne d'horizon.
Ca donne une impression de "vertige naïf", à la manière des enluminures gothiques. Je ne mets pas d'illustrations des "maîtres" qui m'ont inspiré, car la confrontation serait trop cruelle ! Mais ils seront bien présents dans de prochains articles...