24/10/2009

Crying freeman (volume 1)

.
Les mangas c'est moche et stéréotypé ... sauf quand on tombe sur des perles, avec un dessin, une mise en page, un scénario, à faire pâlir de jalousie n'importe quel BD-iste occidental.
Crying Freeman fait partie de ces chefs-d'oeuvres, réalisé par Ryôichi Ikegami et Kazuo Koike... c'est beau comme une synthèse des meilleurs "comics" américains et des estampes japonaises.
Ce manga, assez ancien, n'est pas catalogué pornographique, mais plusieurs tomes contiennent de vrais passages torrides... notamment le tome 1, avec (à mon avis) la plus belle scène érotique de l'histoire de la BD.

Un potier japonais est kidnappé, drogué, puis utilisé comme tueur par une organisation mafieuse chinoise. Il est soumis à un rude entrainement au terme duquel un dragon est tatoué sur l'ensemble de son corps. Tueur au sang-froid hors pair, il refuse pourtant d'abattre une jeune femme ayant vu son visage et qui pourrait le compromettre en témoignant auprès de la police, à la recherche du "Freeman"... A chaque meurtre, le Crying Freeman ne peut s'empêcher de verser des larmes, d'où son surnom.

Voici l'extrait où le tueur Yo s'est introduit chez la belle Emu pour la tuer (car elle a été témoin d'un de ses meurtres). Elle est amoureuse de lui et lui demande, avant de mourir, de lui faire l'amour, car elle ne veut pas mourir vierge. Yo est vierge aussi et il vont tendrement s'unir, avant de former un couple inséparable.
N'en perdez pas une miette et cliquez sur chaque image pour l'agrandir.
.
......
......
......
......
......
........
....



..